top of page

Comprendre le mécanisme du stress

Dernière mise à jour : 16 oct. 2023


Le stress en 4 étapes



DEFINITION DU STRESS


La racine du mot « stress » est latine, elle signifie « serrer, resserrer ».


Le stress est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Ces réponses dépendent de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent.


Il peut être une source de créativité, de bien-être, de dépassement de soi s'il est motivant et choisi : c'est la dose de stress biologique qui est nécessaire pour se sentir stimulé, en pleine harmonie de sa personnalité, de ses capacités et de son environnement.


Le stress devient délétère lorsque les plages de repos ne sont plus suffisantes ou les stimulations permanentes de la vie effrénée ne permettent plus au corps de s'apaiser ou de récupérer.


On parle de stress positif (eustress en anglais) ou négatif (distress). Le stress est différent de l'anxiété, celle-ci est une émotion alors que le stress est un mécanisme de réponse pouvant amener différentes émotions, dont l'anxiété.


A. LA NOTION DE STRESS AIGU ET D’AGENTS STRESSEURS


Notre organisme réagit aux agents stresseurs de l’environnement pour se protéger et rétablir son état d’équilibre qualifié d’homéostasie.


Le stress aigu correspond à l’ensemble des réponses adaptatives, défensives et naturelles de notre organisme qui lui permettent un comportement approprié face aux agressions physiologiques et psychologiques.


Aujourd’hui, les agents stresseurs sont multiples, ils ont changé : problèmes familiaux, examens, pression au travail, objectif toujours plus haut, etc. Mais nos réponses de base restent les mêmes. Les agents stresseurs peuvent aussi varier en fonction des individus (âge, personnalité, contexte social).

Face à un agent stressant, nous ressentons rapidement des modifications de notre comportement : notre cœur bat plus vite, notre respiration s'accélère etc…


B. LE ROLE DU SYSTEME NERVEUX ET DU SYSTEME ENDOCRONIEN


Le système nerveux est impliqué dans les mécanismes physiologiques du stress aigu. Il participe à la réception des agents stresseurs, ou stimuli, et à l’élaboration des réponses adaptatives.


Le système nerveux se compose de deux parties : le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et le système nerveux périphérique (nerfs). Le système endocrinien est un système composé de glandes qui sécrètent des hormones.


C. PREMIERE REPONSE FACE A UN AGENT STRESSEUR :

LA REACTION D’ALARME


Face à un agent stressant, c’est l’amygdale du système limbique qui est stimulée : c’est le récepteur du stimulus. Les glandes surrénales, qui appartiennent au système endocrinien, entrent en action. Le système nerveux et le système endocrinien se coordonnent.


Les glandes médullo surrénales libèrent dans le sang une hormone appelée adrénaline. Son action provoque une augmentation du rythme cardiaque, de la fréquence respiratoire et la libération de glucose dans le sang (en activant la glycogénolyse)


D. SECONDE REPONSE FACE A UN AGENT STRESSEUR :

LA PHASE DE RESISTANCE


Rôle de l’axe hypothalamo-hypophyso-corticosurrénalien



L’hypothalamus sert de liaison entre le système nerveux et le système endocrinien via l’hypophyse. L'hypothalamus Stimulé face à un agent stressant, sécrète une neurohormone appelée CRH (corticolibérine). La CRH stimule l’hypophyse qui stimule à son tour les glandes corticosurrénales via une hormone appelée ACTH. Celle-ci stimule la libération d’une autre hormone : Le cortisol qui est libéré à son tour par les glandes cortico surrénales


Le cortisol est qualifié d'hormone du stress, car elle permet à l'organisme de s'adapter face à diverses situations pour laquelle elle doit faire face. Elle a une action hyperglycémiante, c'est-à-dire qu'elle élève le taux de sucre dans le sang en favorisant sa synthèse dans le foie.


E. LE ROLE DU CORTISOL DANS LE PHENOMENE D’EPUISEMENT


C’est le cortisol qui joue un rôle dans ce phénomène. Nous savons qu’une hormone, pour agir, se fixe à des récepteurs spécifiques présents sur des cellules cibles. Dans le cas du cortisol, il peut se fixer sur deux types de récepteurs spécifiques :


Les récepteurs des cellules du foie ou des muscles se lient beaucoup plus facilement au cortisol que les récepteurs des cellules de l’hypothalamus.


Ainsi, en condition normale, le cortisol libéré se lie prioritairement aux cellules du foie ou des muscles mais en cas de stress aigu, l'hypersécrétion de cortisol permet également sa fixation sur les cellules de l’hypothalamus. Cela a pour conséquence d’inhiber leur fonctionnement et donc de diminuer la sécrétion de CRH : on parle de rétrocontrôle négatif.




Schéma boucle de régulation neuro-hormonale


Mémoire Réflexologie intégrative promotion 2022-2023 Moal Christelle

comment la réflexologie peut elle réduire les déséquilibres du stress?



12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page